Les communiqués de presse

Au travers de communiqués de presse largement relayés par les médias, le Conseil de Fondation veille à informer l’opinion publique sur l’évolution de ses activités et sur diverses innovations. 

Conseil de Fondation

Assemblée générale  du samedi 17 avril 2021, à l’Hôtel de Ville de Porrentruy

COMMUNIQUE DE PRESSE

Sous la conduite de son président, M. Claude Hêche, ancien Conseiller aux Etats, le Conseil de la Fondation  Suisse en faveur des Enfants Malades en République d’Arménie, SEMRAPLUS, a tenu à l’Hôtel de ville de Porrentruy sa réunion annuelle ordinaire , ce samedi matin 17 avril 2021.

Cette réunion s’est déroulée sous l’emprise  de l’émotion intense qu’a provoquée le décès du Docteur Jean-Pierre Bernhardt  le 8 février 2021. Avec cette personnalité d’une qualité, d’un rayonnement et d’une générosité exceptionnels, notre Fondation a perdu son fondateur dans le contexte du séisme qui a ravagé l’Arménie en 1988, son animateur infatigable durant plus de trente ans, son président d’honneur depuis ce moment, où l’âge venant, il avait minutieusement préparé sa succession. Notre profond chagrin se mêle d’admiration et de reconnaissance pour l’ampleur de son œuvre et la force de son exemple. Nous ne saurions mieux lui témoigner cette gratitude qu’en maintenant, accroissant et diversifiant les actions de sa Fondation. Cette séance du 17 avril atteste  notre fidélité à cet engagement,

En effet, nous pouvons nous féliciter d’un renforcement institutionnel de SEMRAPLUS au moins à trois titres.

Tout d’abord, l’entrée au Conseil de Fondation de M. Raphaël Comte qui a représenté le canton de Neuchâtel au Conseil des Etats pendant une dizaine d’années et dont il a assumé  la présidence en 2016.  M. Comte va apporter à SEMRAPLUS  sa riche expérience et son dynamisme et augmenter l’audience de SEMRAPLUS en Suisse romande.

Ensuite, les liens anciens entre SEMRAPLUS et l’Hôpital du Jura se verront à coup sûr fortifiés par la nomination au directoire de SEMRAPLUS  de M. Olivier Guerdat , responsable de la communication de l’Hôpital du Jura, le  partenaire le plus important de notre Fondation.

Enfin, la signature d’un accord de partenariat et de collaboration entre SEMRA PLUS et le Centre hospitalier de Bienne vient conforter les positions de SEMRA PLUS dans l’Arc jurassien   en termes de ressources matérielles et de compétences humaines. La réussite de ce joli coup procède bien sûr du soutien de M. Kristian Schneider, directeur du Centre hospitalier de Bienne après avoir été celui de l’ H-JU, mais aussi membre du Conseil de Fondation de SEMRA et président de la Fondation Arabkir.

Notre rapport d’activité 2020 n’est assurément pas aussi flamboyant que nous ne l’espérions puisque cette année a été fortement chamboulée par la crise sanitaire aussi bien en Suisse qu’en Arménie. La plupart des actions que nous avions prévues  pour collecter des fonds et pour asseoir notre notoriété n’ont donc pas pu avoir lieu : ainsi pas de Braderie à Porrentruy , donc pas de stand SEMRAPLUS de gâteau aux patates, donc pas de recette mirifique.

De même, les divers projets que, en 2020, nous espérions soit initier soit achever ont pratiquement été gelés par les effets du virus . Notre grand dessein, soit la mise en service à Arabkir d’un Centre de formation continue du personnel hospitalier, qui devait intervenir pour l’été 202O, se voit repoussé au printemps 2022.

En dépit de cette situation difficile, nous pouvons nous targuer d’au moins deux très belles réussites. D’une part, l’acheminement à Erevan de trois tonnes de matériel et de mobilier hospitaliers. De l’autre, notre fort engagement dans la mise en œuvre d’un système de production d’oxygène liquide particulièrement utile dans la lutte contre la COVID.

Il convient de saluer à nouveau pour 2020 l’engagement remarquable du directoire sous la conduite du Dr. Jean- Luc Baierlé et avec les apports considérables de Mmes Marlyse Fleury et Dominique Girardin, de MM.Benoît Bédat, Claude Humair et François Laville.

Notre programme d’action pour 2021 se veut ambitieux. Il s’agira en effet de tenter de compenser les retards accumulés en 2020  du fait de la pandémie mais aussi de répondre à de nouveaux besoins d’Arabkir. Ceux qui résultent d’un accroissement inquiétant des cas de coronavirus en Arménie mais aussi ceux qui proviennent des séquelles de la guerre qui, en automne 2020, a opposé l’Azerbaidjan à l’Arménie. Dans ce contexte dramatique, l’Arménie a un immense besoin de soutien aussi bien financier que moral. SEMRAPLUS est déterminé à  participer activement  à ce vaste effort en faveur de l’Arménie. La large diffusion de son  rapport d’activité 2020 devrait contribuer à susciter  cet indispensable élan de générosité et de solidarité.

Ce vaste potentiel de mobilisation vient de se manifester  au travers d’une action toute récente menée de main de maître par un étudiant de Porrentruy, Erik Hambartsumyan. Au travers d’une action de vente de pâtisseries, celui-ci a réussi ce tour de force de réunir en une matinée CHF 884 .- au profit de SEMRAPLUS !

Soutenons donc ensemble les activités de SEMRAPLUS, la Fondation du Docteur Jean-Pierre Bernhardt, au seul bénéfice des enfants malades en Arménie…

  • Par bulletin de versement sur le CCP 25-7831-5
  • Par versement (s) à Banque cantonale du Jura Porrentuy CH93 0078 9042 0354 8376 4
  • Par des dons en ligne (site Internet de SEMRAPLUS : soutenir la Fondation).

Pour information

JEAN-PIERRE BERNHARDT, 1934- 2021

créateur, animateur durant 30 ans et président d’honneur de la Fondation Suisse pour les enfants malades en République d’Arménie (SEMRA PLUS)

Tristesse, gratitude, admiration.  La mort du Docteur Jean –Pierre Bernhardt survenue le 8 février 2021 a suscité une très profonde émotion parmi toutes celles et tous ceux qui ont eu la chance de le connaître et, à des titres divers, de prendre part à ses innombrables activités. Son nom restera plus particulièrement lié à son engagement en faveur de l’Arménie, de l’Hôpital pédiatrique ARABKIR à Erevan et de sa Fondation SEMRAPLUS.

« Une vie privilégiée, centrée sur le partage avec les humains, mes frères… »

C’est ainsi  que Jean-Pierre Bernhardt a résumé son existence dans un texte magnifique qu’il avait rédigé en 2017 déjà en prévision de son décès et qui a été lu par sa fille Mathilde lors de l’émouvante cérémonie qui s’est tenue au Temple de Porrentruy. Sa vie familiale, sa carrière professionnelle, son aventure arménienne, autant de privilèges à ses yeux. Pour autant, il n’a jamais voulu être un « notable ». Il lui suffisait d’être modestement un être humain soucieux d’agir, de servir et de partager. Alliée avec une autorité toute naturelle et une ténacité discrète, sa générosité, ne faudrait-il pas plutôt parler ici de « bonté », lui permettait de surmonter les obstacles et de rallier à soi les bonnes volontés.

« La solidarité n’est pas qu’un devoir, c’est un plaisir ! »

Cette phrase lui était devenue une forme de devise. La solidarité était assurément pour lui une valeur cardinale qui a déterminé tous ses engagements. Qu’il s’agisse de sa relation à ses patients et à ses collègues dans son activité de médecin-chef à l’Hôpital de Porrentruy, de son soutien indéfectible à l’Arménie, de son action au service d’Arabkir et des enfants malades en Arménie, de son accompagnement à des personnes souffrant d’addictions, et bien d’autres causes encore dont il ne faisait pas état. Toute une série de « devoirs » dont il s’acquittait avec un plaisir évident et communicatif, comme si cela allait totalement de soi.

« Ce n’est pas possible de ne pas aimer l’Arménie ! »

Dès son premier séjour à Erevan, dans les jours qui suivent le tremblement de terre catastrophique de décembre 1988, dans le cadre de la mission d’urgence dont la Société suisse de néphrologie lui a confié la responsabilité, Jean-Pierre s’est littéralement épris de l’Arménie et de sa population. Avec le temps, cet amour n’aura cessé de  se renforcer et de se concrétiser. Trente années de dévouement intense,  une quantité incroyable de voyages sur place, de très nombreux projets menés à bien pour contribuer à faire de l’Hôpital Arabkir le centre de référence en Arménie en matière de pédiatrie, un incroyable réseau de partenaires en Suisse mais aussi dans d’autres pays ainsi, bien sûr, qu’en Arménie, une foule de bénévoles toujours prêts à se mobiliser à ses côtés, une Fondation, SEMRAPLUS, appelée à appuyer et poursuivre  son œuvre. Tout cela, de manière totalement bénévole, afin de permettre aux enfants arméniens de bénéficier de soins comparables  à ceux qu’on connaît en Suisse. Son « arménophilie » l’a conduit, en dépit des difficultés,  à vouloir et savoir parler, écrire et lire en arménien. De même, il s’est familiarisé avec la riche culture de ce pays, notamment avec sa musique. Il a ainsi contribué à sauver de l’oubli l’œuvre du compositeur Georges Elmas. Cette « fibre arménienne », il l’a transmise à sa famille, à ses amis et à quantité  de personnes dans le Jura et en suisse. Sa maison de Courtedoux était  de ce fait devenue « une auberge arménienne » accueillant généreusement des amis et de stagiaires de là-bas.

Cet amour a été payé en retour. Les autorités d’Arabkir ont baptisé de son nom l’un des bâtiments de l’hôpital. Le Gouvernement lui a décerné un passeport arménien dont il n’était pas peu fier. Le personnel d’Arabkir lui témoignait à chacun de ses passages une véritable ferveur. Et il aura vécu avec son « ami-frère », Ara Babloyan, une exceptionnelle affinité élective qui ne s’est jamais démentie.

Laissons la  conclusion  à Jean-Pierre Bernhardt : « J’ai donc été largement récompensé par le rôle que j’ai pu jouer et je n’attends vraiment rien de plus. »

Trente ans après, les deux « amis-frères », Ara et Jean-Pierre, retrouvent Zohrab, l’un de leurs tout premiers petits patients, qu’ils ont sauvé de la mort à la suite du tremblement de terre de 1988.

GÂTEAU AUX POMMES DE TERRE

Pour 10-15 gâteaux

Pétrir une pâte avec :

500 gr farine

½ cube de levure

1 cs sel

1 cs huile

3-4 dl eau

Mélange de crème

 

1,5lt de crème épaisse légèrement acidulée (ou moitié crème gruyère, moitié demi crème acidulée) 4 œufs, sel.

Faire cuire 700-800gr de pommes de terre en robe des champs, éplucher, passer au passe-vite ou râpe à röstis encore très chaudes par-dessus la pâte, mélanger en y ajoutant par petites doses environ 300-400gr de farine pour obtenir une pâte non-collante.

Faire des boules de la grandeur d’une grosse pomme, abaisser les parts à 3mm environ d’épaisseur, en y ajoutant de la farine pour empêcher que ça colle, déposer sur une plaque, recouvrir d’1dl du mélange de crème et cuire au four très chaud, 250-275° 5-7mn.

Cette recette se fait dès octobre, les pommes de terre « nouvelles » ne conviennent pas !

Bon appétit !!!

Séjour en Arménie en 2018: le témoignage du Dr. Michel Braun

Un couple de clowns, des enseignants retraités, un directeur d’hôpital, un ancien conseiller national et député européen, votre serviteur et son épouse se sont joints au Docteur Jean-Pierre Bernhardt pour une semaine de découverte de l’Arménie et des structures de prise en charge pédiatriques réalisées grâce à l’engagement de notre mentor et aux volontés qu’il a su solliciter sur place. La notoriété de notre organisateur nous a valu un comité de réception exceptionnel à notre arrivée à Erevan où nous avons été salués par le président du parlement, le Dr Baboyan, seconde cheville ouvrière de la création des structures que nous allions découvrir. Logés dans les confortables chambres d’hôte aménagées dans le bâtiment du centre de réadaptation pédiatrique ArBeS, nous y avons fait la connaissance de deux jeunes stagiaires jurassiennes de la filière de formation des éducatrices de la petite enfance. Notre visite s’est déroulée sur deux axes, l‘un touristique, l’autre d’orientation médicale. La première étape a eu comme cadre le centre de réadaptation de l’enfance, ArBeS qui accueille des enfants handicapés atteints majoritairement de troubles neurologiques souvent très lourds. Recourant à des méthodes de stimulation sensorielles dispensées par des équipes interdisciplinaires, les traitements effectués s’inspirent de méthodes modernes reconnues. Participant activement aux séances, les parents apprennent à maîtriser les techniques de stimulation et à les utiliser au quotidien avec leurs enfants. Le développement de prestations de réhabilitation décharge les institutions de soins et favorise l’insertion de ces jeunes handicapés au sein de leur communauté à des conditions plus avantageuses. Cette visite fut mise à profit pour mettre en valeur les talents de notre couple de clowns Vijoli qui ont offert aux enfants de la crèche de l’hôpital un spectacle empreint de leur jovialité naturelle. Leur prestation a fait sensation auprès de leurs jeunes spectateurs.

Notre visite s’est poursuivie à l’hôpital d’Arabkir qui a vu le jour grâce à l’engagement conjoint du Dr Bernhardt et du Dr Baboyan. Ensemble ils ont entrepris pas à pas la réalisation de cette merveilleuse structure hospitalière de près de 250 lits qui offre toute la palette des soins pédiatriques et affiche un dynamisme exemplaire tourné résolument vers l’innovation, par exemple avec l’avénement imminent de la délicate chirurgie de l’épilepsie. Nous avons été fortement impressionnés par la merveilleuse alchimie qui s’est créée entre les spécialistes externes reçus chaleureusement par des professionnels locaux ouverts à la nouveauté, avides d’apprendre et motivés à faire fructifier leurs connaissances au bénéfice de leurs compatriotes.

Le volet touristique de notre voyage nous a conduits dans les vestiges de la plus ancienne civilisation chrétienne de notre monde et en particulier ses multiples monastères éparpillés dans tout le pays, notamment à Khorvirab au pied du mont Ararat, ravi toutefois par la Turquie aux Arméniens, au pied des falaises abruptes de Noravank ou à Sevanavank sur les rives du grandiose lac Sevan, l’un de plus grands lacs de montagne du monde situé à 1950 m d’altitude. Nous avons également ressenti le poids écrasant du génocide lors de la visite du mémorial qui lui est dédié. Sous la conduite d’une guide passionnante et captivante, les trésors du musée des manuscrit Maténadaran nous ont émerveillés. Située à proximité immédiate de l’épicentre du tremblement de terre de 1989 qui l’avait fortement endommagée, restaurée et reconstruite entretemps avec soin, la ville de Giumry distille le charme séduisant de l’harmonie et de la richesse de son habitat. Cette échappée touristique nous a toutefois également confrontés au revers de la médaille en longeant les kilomètres d’entreprises désaffectées de cet ancien satellite de l’URSS dont l’économie s’est en grande partie effondrée après le rapatriement des structures dispersées par les autorités communistes d’antan sur l’ensemble du territoire de leur empire d’alors. Décimé par le terrible génocide orchestré pour satisfaire aux voraces appétits  territoriaux de la Turquie, isolé par les situations conflictuelles qui perdurent encore aujourd’hui avec ses voisins orientaux et occidentaux, et malgré und volonté à toute épreuve, le peuple arménien vit une situation économique pénible. Malgré les conditions difficiles dans lesquelles le pays se débat, l’accueil de nos hôtes a été extrêmement chaleureux, merci à eux et en particulier à ChouCho et notre guide Varsik. En même temps, nous avons relevé avec admiration leur volonté, leur soif d’apprendre et l’énergie déployée pour assurer leur autonomie. Notre statut de nantis de cette planète ne doit cependant pas nous laisser indifférents. Confrontés à des conditions plus compliquées, les plus défavorisés ont droit à notre solidarité. C’est à nous de leur donner les moyens de restaurer leur dignité.  Savoir que notre soutien sera utilisé de manière optimale ne peut d’ailleurs qu’encourager notre générosité.

Au terme de notre voyage, ses participants ont pu mesurer l’ampleur du travail accompli depuis 1989, applaudir la réussite de cette entreprise, admirer l’énergie deployée pour franchir toutes les étapes de cette merveilleuse aventure arménienne. C’est donc avec beaucoup de respect et d’admiration qu’ils s’inclinent et saluent le courage, la persévérance, la force de persuasion et l’enthousiasme hors norme de celui qui en a été l’instigateur, puis l’infatigable moteur depuis une trentaine d’année, notre ami, le Dr Jean-Pierre Bernhardt. Offrons-lui la plus belle récompense de son immense travail en nous engageant tous à continuer à faire vivre son œuvre au moment où il confie les rênes à la nouvelle équipe qu’il a constituée et à laquelle nous souhaitons bon vent.

Merci Jean-Pierre !

Porrentruy, le 9.2.2019 Michel Braun

Séance annuelle du Conseil de la Fondation SEMRAPLUS : 23 MARS 2019

 

SEMRA PLUS PERSISTE  SUR  SA LANCEE

Ce samedi matin 23 mars 2019, à l’Hôtel de Ville  de Porrentruy, le Conseil de la Fondation SEMRAPLUS  a tenu son assemblée annuelle. Sous la conduite de son président, Monsieur Claude Hêche, Conseiller aux Etats, l’organe stratégique de cette Fondation jurassienne axée sur l’aide aux enfants malades et handicapés en République d’Arménie a d’abord  rendu hommage à Charles Aznavour, membre d’honneur du Conseil et soutien prestigieux, résolu et efficace de SEMRA PLUS. Il  a  ensuite adopté le rapport d’activité et les comptes de 2018 puis ratifié le budget et le programme proposés pour 2019. Ces diverses décisions confirment  la vitalité, la diversification et l’extension de cette institution fondée par le Dr. Jean-Pierre Bernhardt  il y a trois décennies. Les actions usuelles de livraison de matériel et de mobilier hospitaliers, de fourniture de médicaments, d’accueil en Suisse de stagiaires arméniens sont  maintenues. Cependant, le projet prioritaire de SEMRAPLUS pour les années à venir est la création d’un centre de formation continue à l’intention des personnels de santé non seulement de l’Hôpital Arabkir, le partenaire originel de SEMRA, mais de l’ensemble du système de santé arménien. Ce grand dessein va nécessiter une montée en puissance des moyens humains et financiers dont SEMRAPLUS aura besoin. Dans ce contexte, la conclusion désormais imminente avec le Centre hospitalier de Bienne d’un accord de collaboration semblable à celui qui lie SEMRA à l’Hôpital du Jura constitue une nouvelle particulièrement opportune. En fin de séance, le Conseil de Fondation a été reçu par M. Eric Pineau, vice-maire, de la ville de Porrentruy.

Extrait du Quotidien Jurassien, 4 avril 2019