Les communiqués de presse

Au travers de communiqués de presse largement relayés par les médias, le Conseil de Fondation veille à informer l’opinion publique sur l’évolution de ses activités et sur diverses innovations.

 

 

GÂTEAU AUX POMMES DE TERRE

Pour 10-15 gâteaux

Pétrir une pâte avec :

500 gr farine

½ cube de levure

1 cs sel

1 cs huile

3-4 dl eau

Mélange de crème

 

1,5lt de crème épaisse légèrement acidulée (ou moitié crème gruyère, moitié demi crème acidulée) 4 œufs, sel.

Faire cuire 700-800gr de pommes de terre en robe des champs, éplucher, passer au passe-vite ou râpe à röstis encore très chaudes par-dessus la pâte, mélanger en y ajoutant par petites doses environ 300-400gr de farine pour obtenir une pâte non-collante.

Faire des boules de la grandeur d’une grosse pomme, abaisser les parts à 3mm environ d’épaisseur, en y ajoutant de la farine pour empêcher que ça colle, déposer sur une plaque, recouvrir d’1dl du mélange de crème et cuire au four très chaud, 250-275° 5-7mn.

Cette recette se fait dès octobre, les pommes de terre « nouvelles » ne conviennent pas !

Bon appétit !!!

 

Séjour en Arménie en 2018: le témoignage du Dr. Michel Braun

Un couple de clowns, des enseignants retraités, un directeur d’hôpital, un ancien conseiller national et député européen, votre serviteur et son épouse se sont joints au Docteur Jean-Pierre Bernhardt pour une semaine de découverte de l’Arménie et des structures de prise en charge pédiatriques réalisées grâce à l’engagement de notre mentor et aux volontés qu’il a su solliciter sur place. La notoriété de notre organisateur nous a valu un comité de réception exceptionnel à notre arrivée à Erevan où nous avons été salués par le président du parlement, le Dr Baboyan, seconde cheville ouvrière de la création des structures que nous allions découvrir. Logés dans les confortables chambres d’hôte aménagées dans le bâtiment du centre de réadaptation pédiatrique ArBeS, nous y avons fait la connaissance de deux jeunes stagiaires jurassiennes de la filière de formation des éducatrices de la petite enfance. Notre visite s’est déroulée sur deux axes, l‘un touristique, l’autre d’orientation médicale. La première étape a eu comme cadre le centre de réadaptation de l’enfance, ArBeS qui accueille des enfants handicapés atteints majoritairement de troubles neurologiques souvent très lourds. Recourant à des méthodes de stimulation sensorielles dispensées par des équipes interdisciplinaires, les traitements effectués s’inspirent de méthodes modernes reconnues. Participant activement aux séances, les parents apprennent à maîtriser les techniques de stimulation et à les utiliser au quotidien avec leurs enfants. Le développement de prestations de réhabilitation décharge les institutions de soins et favorise l’insertion de ces jeunes handicapés au sein de leur communauté à des conditions plus avantageuses. Cette visite fut mise à profit pour mettre en valeur les talents de notre couple de clowns Vijoli qui ont offert aux enfants de la crèche de l’hôpital un spectacle empreint de leur jovialité naturelle. Leur prestation a fait sensation auprès de leurs jeunes spectateurs.

Notre visite s’est poursuivie à l’hôpital d’Arabkir qui a vu le jour grâce à l’engagement conjoint du Dr Bernhardt et du Dr Baboyan. Ensemble ils ont entrepris pas à pas la réalisation de cette merveilleuse structure hospitalière de près de 250 lits qui offre toute la palette des soins pédiatriques et affiche un dynamisme exemplaire tourné résolument vers l’innovation, par exemple avec l’avénement imminent de la délicate chirurgie de l’épilepsie. Nous avons été fortement impressionnés par la merveilleuse alchimie qui s’est créée entre les spécialistes externes reçus chaleureusement par des professionnels locaux ouverts à la nouveauté, avides d’apprendre et motivés à faire fructifier leurs connaissances au bénéfice de leurs compatriotes.

Le volet touristique de notre voyage nous a conduits dans les vestiges de la plus ancienne civilisation chrétienne de notre monde et en particulier ses multiples monastères éparpillés dans tout le pays, notamment à Khorvirab au pied du mont Ararat, ravi toutefois par la Turquie aux Arméniens, au pied des falaises abruptes de Noravank ou à Sevanavank sur les rives du grandiose lac Sevan, l’un de plus grands lacs de montagne du monde situé à 1950 m d’altitude. Nous avons également ressenti le poids écrasant du génocide lors de la visite du mémorial qui lui est dédié. Sous la conduite d’une guide passionnante et captivante, les trésors du musée des manuscrit Maténadaran nous ont émerveillés. Située à proximité immédiate de l’épicentre du tremblement de terre de 1989 qui l’avait fortement endommagée, restaurée et reconstruite entretemps avec soin, la ville de Giumry distille le charme séduisant de l’harmonie et de la richesse de son habitat. Cette échappée touristique nous a toutefois également confrontés au revers de la médaille en longeant les kilomètres d’entreprises désaffectées de cet ancien satellite de l’URSS dont l’économie s’est en grande partie effondrée après le rapatriement des structures dispersées par les autorités communistes d’antan sur l’ensemble du territoire de leur empire d’alors. Décimé par le terrible génocide orchestré pour satisfaire aux voraces appétits  territoriaux de la Turquie, isolé par les situations conflictuelles qui perdurent encore aujourd’hui avec ses voisins orientaux et occidentaux, et malgré und volonté à toute épreuve, le peuple arménien vit une situation économique pénible. Malgré les conditions difficiles dans lesquelles le pays se débat, l’accueil de nos hôtes a été extrêmement chaleureux, merci à eux et en particulier à ChouCho et notre guide Varsik. En même temps, nous avons relevé avec admiration leur volonté, leur soif d’apprendre et l’énergie déployée pour assurer leur autonomie. Notre statut de nantis de cette planète ne doit cependant pas nous laisser indifférents. Confrontés à des conditions plus compliquées, les plus défavorisés ont droit à notre solidarité. C’est à nous de leur donner les moyens de restaurer leur dignité.  Savoir que notre soutien sera utilisé de manière optimale ne peut d’ailleurs qu’encourager notre générosité.

Au terme de notre voyage, ses participants ont pu mesurer l’ampleur du travail accompli depuis 1989, applaudir la réussite de cette entreprise, admirer l’énergie deployée pour franchir toutes les étapes de cette merveilleuse aventure arménienne. C’est donc avec beaucoup de respect et d’admiration qu’ils s’inclinent et saluent le courage, la persévérance, la force de persuasion et l’enthousiasme hors norme de celui qui en a été l’instigateur, puis l’infatigable moteur depuis une trentaine d’année, notre ami, le Dr Jean-Pierre Bernhardt. Offrons-lui la plus belle récompense de son immense travail en nous engageant tous à continuer à faire vivre son œuvre au moment où il confie les rênes à la nouvelle équipe qu’il a constituée et à laquelle nous souhaitons bon vent.

Merci Jean-Pierre !

Porrentruy, le 9.2.2019 Michel Braun

Séance annuelle du Conseil de la Fondation SEMRAPLUS : 23 MARS 2019

 

SEMRA PLUS PERSISTE  SUR  SA LANCEE

Ce samedi matin 23 mars 2019, à l’Hôtel de Ville  de Porrentruy, le Conseil de la Fondation SEMRAPLUS  a tenu son assemblée annuelle. Sous la conduite de son président, Monsieur Claude Hêche, Conseiller aux Etats, l’organe stratégique de cette Fondation jurassienne axée sur l’aide aux enfants malades et handicapés en République d’Arménie a d’abord  rendu hommage à Charles Aznavour, membre d’honneur du Conseil et soutien prestigieux, résolu et efficace de SEMRA PLUS. Il  a  ensuite adopté le rapport d’activité et les comptes de 2018 puis ratifié le budget et le programme proposés pour 2019. Ces diverses décisions confirment  la vitalité, la diversification et l’extension de cette institution fondée par le Dr. Jean-Pierre Bernhardt  il y a trois décennies. Les actions usuelles de livraison de matériel et de mobilier hospitaliers, de fourniture de médicaments, d’accueil en Suisse de stagiaires arméniens sont  maintenues. Cependant, le projet prioritaire de SEMRAPLUS pour les années à venir est la création d’un centre de formation continue à l’intention des personnels de santé non seulement de l’Hôpital Arabkir, le partenaire originel de SEMRA, mais de l’ensemble du système de santé arménien. Ce grand dessein va nécessiter une montée en puissance des moyens humains et financiers dont SEMRAPLUS aura besoin. Dans ce contexte, la conclusion désormais imminente avec le Centre hospitalier de Bienne d’un accord de collaboration semblable à celui qui lie SEMRA à l’Hôpital du Jura constitue une nouvelle particulièrement opportune. En fin de séance, le Conseil de Fondation a été reçu par M. Eric Pineau, vice-maire, de la ville de Porrentruy.

Extrait du Quotidien Jurassien, 4 avril 2019