Dans un message adressé le 2 juin à Jean-Luc Baierlé,le coordinateur de SEMRA, Ara Babloyan décrit la situation difficile que traverse actuellement ARABKIR du fait de l’aggravation de la situation sanitaire en Arménie. Voici un extrait de cette lettre:

En effet, la situation en Arménie s’aggrave de jour en jour. Le nombre de cas détectés au niveau national augmente quotidiennement  de 400 à 500 personnes.  Chaque jour, 20 à 30 enfants atteints de maladies aiguës sont admis au Centre médical d’Arabkir et le COVID est détecté chez 3 à 4 d’entre eux. De plus, les enfants souffrant d’une progression sévère de la maladie et des maladies associées sont transférés à notre hôpital depuis différentes régions du pays. Parallèlement, nous avons commencé à travailler dans l’orphelinat du ministère des affaires sociales  où se trouvent 104 enfants atteints de diverses maladies chroniques et troubles du développement. Certains enfants et membres du personnel sont infectés par le COVID. En un mot, Arabkir travaille avec une surcharge particulière. Je suis heureux de noter que, malgré la situation difficile, le niveau moral du personnel médical d’Arabkir nous permet de surmonter toutes ces difficultés.

Pour que tu te rendes compte de la gravité de la situation, je tiens à t’informer que nous avons commencé en urgence la construction d’un département temporaire avec 8 salles de patients dans l’enceinte de l’hôpital. Le nombre des enfants augmente et les locaux ne sont pas suffisants pour garder en isolement les enfants présentant des  symptômes  jusqu’à ce que les résultats de l’analyse de PCR arrive, en 24 à 48 heures.
L’hôpital connaît aussi beaucoup de difficultés au niveau du matériel ; les revenus  diminuent en raison de la réduction des prestations programmées, et les soins en urgence deviennent très coûteux du fait  des dépenses liées à la protection individuelle.

Plus que jamais, ARABKIR a donc besoin de notre appui. Le Conseil de Fondation étudie la possibilité de consentir un effort particulier pour aider notre partenaire à faire face à la pandémie. Préparons-nous donc à nous montrer généreux et solidaires encore plus que jamais!

Ara Babloyan et sa “force tranquille”